Ils ont rappelé que les routes d’Ile-de-France représentent un potentiel important qui gagnerait à être mieux exploité et surtout dont le fonctionnement doit changer pour réduire les nuisances liées. Ils ont placé la santé comme enjeu prioritaire dans la transformation du réseau suivi de près par la cohésion sociale et territoriale.
Les leviers identifiés par ordre d’importance pour améliorer la situation sont l’aménagement, la gouvernance et la coordination des acteurs mais également inciter les comportements individuels à évoluer par des mesures incitatives.